La maladie Bipolaire : définition

trouble bipolaire

Dans le temps, on parlait de la PMD ou Psychose Maniaco-Dépressive. On parle aussi de troubles de l’humeur.

Au début des années 60, l’entité psychose maniaco-dépressive a été divisée en 2 sous-entités : troubles bipolaires (BP) et unipolaires (UP).

On estime que pour 30 % des patients, l’apparition de leur maladie remonte à l’adolescence, entre 18 et 24 ans. Effectivement, environ 50 à 66 % des adultes atteints du trouble bipolaire indiquent que leurs symptômes ont commencé avant leurs 19 ans. Les hommes et les femmes sont atteints dans des proportions équivalentes. 60% des bipolaires sont concernés par la consommation et l’abus de substances notamment l’alcool au cours de leur vie. Les troubles bipolaires seraient plus fréquents en zone urbaine.  De nombreux artistes ont été plus atteints de cette affection que la moyenne.

Le diagnostic de la maladie bipolaire se fait tardivement, souvent 8 à 10 ans après le début de la maladie.

C’est la présence des épisodes de « Manie » qui est le marqueur des troubles bipolaires. Depuis cette dichotomie de la psychose maiaco-dépressive, la définition de la bipolarité ne cesse de changer. Actuellement, la présence de « Manie » caractérise le « trouble bipolaire type I ».

À côté de cette forme clinique classique, il existe d’autres formes de bipolarité qui constituent le « Spectre Bipolaire Atténué ».

On parle de « bipolarité » quand les épisodes dépressifs sont associés à des éléments de polarité opposée à la dépression.

Ce sont des manifestations cliniques qui sont opposées à la polarité dépressive : excitation, accélération, intensité, hyperactivité, jovialité, exaltation… qui sont à l’opposé de la tristesse, ralentissement, désintérêt, anhédonie, émoussement… (signes typiques de la dépression).

Symptômes des phases maniaques et dépressive

Signes dépressifsSignes (hypo)maniaques
  • état de tristesse, de pleurs, d’émoussement, d’irritabilité ou de colère,
  • Perte d’intérêt pour les activités agréables,
  • Réduction d’activité, peu de projets,
  • sommeil perturbé avec insomnie ou besoin de trop dormir (dans les deux cas, le sommeil n’est pas réparateur et le sujet ne se sent pas en forme),
  • fatigue importante du lever au réveil,
  • appétit perturbé (peu ou trop d’appétit) avec des changements secondaires du pods,
  • trop d’inhibition psychomotrice (incapacité de se mettre dans l’action) ou parfois état d’agitation,
  • discours ralenti et assez pauvre dans son contenu,
  • estime de soi négative, dévalorisation de soi,
  • sentiments d’être sans aide ou sans espoir,
  • idées noires de mort ou de suicide.
  • états d’euphorie, de jovialité, d’exaltation, des sauts d’humeur imprévisibles et/ou des sentiments d’irritabilité ou d’irascibilité extrêmes,
  • Amour-propre exagéré, mégalomanie
  • Excès d’activité, trop de projets (irréalistes),
  • Engagement excessif dans des activités agréables comme se lancer dans des activités inconsidérées, des conduites sexuelles inconséquentes ou des projets professionnels imprudents,
  • réduction du besoin de sommeil (dormir 2 à 3h et se sentir en forme)
  • facilité de contacts avec les autres avec une levée des inhibitions et un manque de pudeur,
  • estime de soi grandissante pouvant aller jusqu’à la mégalomanie et aux idées délirantes de grandeur,
  • discours rapide et assez fort,
  • pensées accélérées
  • saut du coq à l’âne
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   pinit fg en rect gray 20 - La maladie Bipolaire : définition
Vous avez aimé cet article ? Alors n'hésitez pas à vous abonner à la newsletter : [mailpoet_form id="1"]